top of page

 

Treizième station

Jésus est détaché de la croix et son corps est remis à sa mère

Huile sur toile

50cm x 50cm

Station 13S.jpg

« Ô vous tous qui passez sur le chemin, regardez et voyez s’il est une douleur pareille à la douleur que j’endure, celle dont le Seigneur m’afflige, le jour de sa brûlante colère ! » (Lm 1, 12). C’est le cri de toutes les femmes à qui l’on remet leur enfant, mort, dans les bras. C’est le cri silencieux de la Vierge Marie. 

Mais qui d’autre qu’elle pouvait ôter la couronne de dérision du chef de son Fils ? Sachant qu’Il était Dieu, qui d’autre aurait eu la force de voir, dans ce corps inerte et sans vie, l’espérance du monde ?

« Le jour de sa brûlante colère », c’est le silence de Dieu qui est le plus insupportable. Mais qui l’a mis à mort ? Aujourd’hui encore, après avoir célébré politiquement le bannissement du Christ-Roi, nous l’accusons des barbelés qui enferment nos vies dans le matérialisme quand ils ne se referment pas, physiquement, sur tant d’êtres considérés comme du bétail.

D’un côté la torpeur, dans un geste sans accomplissement ; de l’autre, la foi que le plomb de nos vies peut, par la souffrance assumée, être transformé en or, offrande pure agréable à Dieu.   

Pour accéder directement à une station

bottom of page